Ambre L. Rousseau (75%)

    Partagez
    Invité
    avatar

    Message  Invité le Mar 18 Aoû - 1:16

    Ambre (Lyne) Rousseau
    Nom : Rousseau du côté de son père français, NicLewy du côté de sa mère écossaise.
    Prénoms : Ambre comme la résine figée en France... Lyne, signifiant cascade, sur les terres d'Écosse.
    Date de Naissance (et âge) : 1er juin 1987, 28 ans
    Hybridation : Aucune. Elle possède cependant une forme Animagus de Corbeau.
    Valeur du Sang : Pur.
    Baguette Magique : Bois de Pin d'Écosse, crin de Kelpie (cheval marin), 28 cm, souple. La baguette a appartenu à sa grand-mère mateternelle, et Ambre l'a reçue en héritage. Plutôt nerveuse, elle demeure relativement polyvalente malgré son grand âge, avec une certaine préférence pour les enchantements liés à l'eau et à l'air.
    « On ne retient ni l'eau d'un torrent ni les vents contraires avec des pierres, pourquoi croyez-vous pouvoir les retenir avec vos idéaux ? »



    Physique


    ÉCRIRE ICI

    U.C.




    Psychique


    Comment décrire le chaos organisé qui régissait l'esprit de la jeune femme ? En voilà une bonne question. Deux principes immuables y menaient leur danse : l'envie de liberté, l'ambition et une féroce envie de protéger les plus faibles. Des credo qui se croisent et se contredisent souvent malheureusement.

    Ambre avait toujours voulu se défaire de l'emprise trop pesante de son père et de sa famille, mener sa vie comme elle l'entendait. Elle avait souvent refusé de plier aux règles régissant la haute société française, et détestait devoir se soumettre à une autorité qu'elle avait du mal à considérer légitime. Elle était une sorte d'électron libre que personne n'arrive bien à cerner. Elle cultivait l'incertitude et change de ton et de visage comme de chemise. Changeante, fière, insaisissable, elle se montrait tantôt chaleureuse, tantôt froide comme la glace. A l'image de la nature – et des paysages sauvages d'Ecosse – elle semblait incontrôlable. Parfois arrogante et méprisante avec ceux qui avaient le malheur de lui déplaire, cela lui avait attiré des ennuis. Ne supportant pas d'être bridée, claustrophobe en plus de cela, il lui était déjà arrivé de se montrer vraiment violente et très insolente. La jeune femme s'était également amusé à défier l'autorité paternelle en s'intéressant à de nombreuses reprises aux cultures moldues, qu'elles soient françaises – ou pire ! - étrangères et exotiques. Elle aimait dessiner et mêler les différents courants des deux mondes dans ses moments perdus. A force de lectures et dessins, cela l'avait également amené à faire montre de beaucoup d'imagination dans ses stratagèmes, puisqu'elle disposait de deux points de vue sur un problème. Ce fut en partie grâce à cela qu'elle parvint à gravir les échelons de la société, malgré son caractère intraitable.

    Car si la liberté exerçait sur elle une attraction irrésistible, son ambition contrebalançait fortement avec ce trait de folie. Car pour nourrir l'ambition, il faut des moyens, et parmi ces moyens se trouvent l'auto-discipline, la volonté, la patience, et une attention particulière à toutes les sciences qui peuvent s'avérer utiles. Ambre avait du s'y habituer et faire plier à la force de l'habitude. La diversité et la régularité de ses activités physiques lui permettait d'entretenir sa vitalité et sa force ; si elle dédaignait plus ou moins le quidditch, elle avait aimé découvrir les sports comme la boxe ou la danse – un hommage à sa défunte grand-mère. Elle appréciait également nager jusqu'à l'épuisement dans les loch glacés des Highlands. Sa volonté ne s'arrêtait d'ailleurs pas au plan purement physique. Elève studieuse à Beauxbâtons, elle avait passé la majorité de ses études dans la bibliothèque à collecter le maximum de savoirs pour ensuite les maîtriser. Elle était l'une des meilleures élèves en Sortilèges et Magidigitation, et ses notes ont toujours fait la fierté de ses professeurs et de sa mère. Erudite et ambitieuse, malgré sa Répartition à Chevreuse - du fait de son amour inconsidéré pour la nature – la fillette n'avait que quelques amis, mais cela lui suffisait amplement. Il lui importait, après tout, de montrer ce dont elle était capable et d'atteindre le but qu'elle s'était fixée : devenir quelqu'un, par ses propres moyens. Mais devenir quelqu'un... pour faire quoi ? Là rentrait enfin en jeu son dernier credo.

    Malgré son caractère relativement froid et cette ambition démesurée qui la caractérisait, Ambre a toujours désiré rendre justice – même si justice à ses yeux, n'est pas forcément compatible avec la loi en vigueur. Protéger les plus faibles et les opprimés lui sembla primordial dès son plus jeune âge. De son grand-père, elle a hérité les idéaux chevaleresques des seigneurs écossais : protéger sa famille et les personnes dont on est responsable, défendre les causes les plus nobles, et respecter la foi catholique. Aussi étonnant que cela puisse paraître, Ambre était toujours influencée par cette étrange foi dont son aïeul s'était épris lors de son séjour chez les moldus, pendant la Seconde Guerre Mondiale. Même si les écrits bibliques l'avaient souvent agacé, elle trouvait la morale énoncée par les textes beaucoup plus raisonnable que celle dictée par les sorciers. La jeune sorcière s'efforçait donc de protéger son prochain, et évitait – mais toujours discrètement – de blesser un innocent. L'influence de ce culte la poussait d'ailleurs à soutenir discrètement les Rebelles, même si son ambition lui dictait de taire ces élans... Quoiqu'il en soit, elle restait fidèle à ses proches, et, dans une certaine mesure, à sa famille, veillant au confort et à la sûreté de chacun. Elle n'en devenait donc que plus redoutable lorsqu'on s'attaquait à eux.

    Dans ce chaos naît une jeune magicienne au caractère et aux talents bien affirmés, nourris par une imagination et un désir ardent de justice et de paix.



    Biographie


    A l'origine, il y avait deux familles : les Rousseau et les NicLewy. La famille Rousseau faisait partie des plus anciennes familles Sang-Pur françaises, ses origines remontant même à l'époque d'un roi Valois obscur, qui avait anobli un jeune chevalier méritant il y a des siècles de cela – sans savoir que celui-ci avait utilisé ses dons de sorcellerie pour remporter ses batailles, mais cela, l'Histoire le passa sous silence. Rattachée aux traditions françaises les plus anciennes, cette famille attachait une grande importance à l'honneur et au respect des lois, et faisait preuve d'un chauvinisme quelque peu affiché. Les NicLewy, quant à eux, étaient un clan de sorciers écossais, austères mais courageux, qui n'avaient pas hésité à se rapprocher parfois des Moldus – sans jamais se mêler totalement à eux – et qui portaient un grand respect à la nature et à tous ses enfants... y compris les créatures magiques. Certains disaient même que plusieurs de leurs bâtards seraient des fils de l'eau et des filles du ciel... Mais évidemment, jamais les Rousseau n'aurait accepté un hybride dans leur prestigieuse famille, et c'était l'une des conditions qu'ils imposèrent lors des négociations... En effet, l'alliance entre France et Ecosse, datant d'aussi loin que la rivalité entre France et Angleterre prédominait, réclamait un nouveau lien de sang entre les deux contrées.  

    Aussi, lorsque le temps fut venu, aux alentours des années 1970, un mariage fut arrangé entre l'une des filles NicLewy – du sang le plus « pur » qui soit – et un fils de la grande famille française. Leurs noms respectifs étaient Marc et Bonnie. Si leur mariage ne fut pas vraiment heureux, les deux époux parvinrent à former une entente cordiale. Car si le fils Rousseau était pétri de l'autorité et des principes de sa famille, la jeune fille, étrangère et perdue dans ce pays si différent du sien, était, en outre, d'un caractère plutôt doux et soumis. Elle accepta donc de perdre ses habitudes un peu trop « libertaires » aux yeux de sa belle famille, et se conforma aux attentes de son époux. De cette union naquit donc une petite fille, puis, sept ans plus tard, une autre... et enfin, un garçon naquit, treize ans après le premier enfant. On donna au benjamin le nom de son père – Marc. A la cadette, échut le nom d'Hélène. L'aînée de la fratrie portait le nom d'Ambre, et c'est d'elle dont nous allons parler.

    Ambre grandit donc au sein de cette famille très conservatrice, et qui dispensait l'éducation rigide – pour ne pas dire étriquée – propres aux lignées sang-pures. Son père lui dispensait l'affection et l'attention qu'il estimait lui devoir, mais ses absences répétées effritaient le lien qui le liait à sa fille aînée. Quant à la mère de celle-ci, elle l'idôlatrait, et cela devait avoir quelques conséquences fâcheuses sur l'ego de la petite. Proche, donc, de sa mère, elle ne tarda pas à faire connaissance avec ses grands-parents écossais, qui tombèrent eux aussi sous le charme de cette enfant aux cheveux aussi roux que ceux de leurs filles, et au caractère aussi vif que le froid du Nord. Ils l'accueillirent régulièrement dans leur demeure pendant les vacances et les week-end, et contribuèrent à lui inculquer les valeurs de leurs famille. Cela déplut évidemment à Marc Rousseau... mais, voulant préserver la fragile entente qu'il imposait à son épouse, celui-ci se tut, et se referma sur lui-même en présence de sa fille, vexé et secrètement blessé que sa fille préfère la compagnie des NicLewy  à la sienne... L'enfant prit cela pour de l'indifférence paternelle, et cela la blessa presque tout autant. Mais ils se turent, et ces blessurent demeurent encore aujourd'hui.  A la naissance de sa petite sœur, son père s'éloigna d'ailleurs encore d'elle pour consacrer tout son temps à cet enfant qu'il estimait n'avoir pas encore "perdu".

    Malgré tout cela, Ambre passa une enfance plutôt heureuse, entourée et choyée, pleine de découvertes et d'entrain. Mais lorsqu'elle eut onze ans, une grande dispute éclata entre les deux familles dont elle partageait le sang. Les NicLewy désiraient qu'elle poursuive son éducation à Hogwarts, et cela contraria fortement les Rousseau, dont le prestige de Beauxbâtons était incontestable à leurs yeux. Ambre soutenait évidemment l'école écossaise, et tenait même tête à ses grands-parents paternels, furieux de voir un acte de rebellion aussi indécent à un si jeune âge... Quant à sa mère, elle se trouvait au milieu de tout cela, et, plutôt que de soutenir l'un ou l'autre parti, elle préféra se replier sur elle-même, n'osant même plus ouvrir la bouche pour défendre son enfant un poil trop sauvage... Finalement, les Rousseau remportèrent la joute, et Ambre finit à Beauxbâtons. Contrariée, et en proie à une crise d'adolescence précoce, le destin – et sa mauvaise volonté – l'envoya à Chevreuse, maison méprisée par la totalité de sa famille française. Déçu, Marc Rousseau se détourna de sa fille, et celle-ci se jura de faire ses preuves pour qu'enfin, il repose les yeux sur elle avec fierté et respect.

    Ambre fit un parcours scolaire brillant à Beauxbâtons. Elle décrocha les notes quasi-maximales dans toutes les matières dès ses premières années. Ses exploits en Sortilège, puis en Magiditation, lui apportaient les louanges de ses professeurs. Elle se fit quelques amis, conservant un l'aspect platonique de ces relations jusqu'à ses vingt ans – le temps que sa famille ne puisse plus vraiment hurler au scandale... Cela ne l'empêchait pas de se montrer insolente ou un peu trop « libre » à certains moments, sans compter que ses compagnons de classe étaient bien plus dissipés qu'elle : et ça, son père semblait bien plus le remarquer que ses efforts... La naissance de son frère n'arrangea pas grand-chose. Malgré la profonde affection qu'Ambre portait à son benjamin, il était évident qu'il était le préféré de ses parents désormais. Quant à Hélène, elle avait adopté le modèle préconçu de la famille, et s'attirait toutes les faveurs de leur père. La rivalité entre les deux soeurs ne cessait de croître.

    Seule la mère d'Ambre la soutenait discrètement, tout comme ses propres parents, qui invitaient régulièrement la jeune sorcière dans leur château des Highlands. La jeune femme adorait y passer son temps, et ce fut là qu'elle prit goût aux sports et à la culture moldue, et gagna profondément en indépendance... au grand désespoir des Rousseau, qui la considérait à la fois avec affliction et respect. Affliction car le caractère de la jeune femme « empirait » avec le temps. Respect, car, lorsqu'elle termina ses études, Ambre intégra la Chancellerie au sein du Département des Affaires Etrangères... et commença à y faire une carrière brillante. Sa motivation ? Sans doute préserver la paix et la sûreté du pays, malgré l'agacement que lui procurait certaines de ses valeurs archaïques. Ou peut-être l'envie d'impressionner son père, en intégrant l'un des département les plus prestigieux du gouvernement. Quoiqu'il en soit, elle était sans conteste l'une des sorcières les plus douées de sa génération. Malgré son sale caractère, son intelligence compensait largement son manque de diplomatie... Elle gravit les échelons, passant par les petits postes du transport international, puis par les missions de la Sûreté Magique... et se retrouva au poste de sous-directrice du département à seulement vingt-sept ans.  

    En 2015, Ambre Lyne Rousseau était une brillante employée de la Chancellerie, et une sorcière de talent. Mais les Rebelles commençaient à faire parler d'eux, et qui pouvait vraiment savoir si l'Histoire n'était pas en train de tourner... ?



    Détails Pratiques


    Emploi : Sous-directrice du Département des Affaires Etrangères

    Animal de compagnie : Un chat gris sauvage, venu d'Ecosse. Il porte le nom de Wallas, un nom clin d'oeil à l'un des plus grands héros de sa contrée d'origine... Il accompagne Ambre depuis qu'elle a dix-sept ans, et a presque aussi mauvais caractère qu'elle, gare aux griffes !



    Derrière l'Écran

    Âge : 19 ans.

    Avatar : Rachel Hurd-Wood.

    Expérience RP : Assez longue, environ 7 ans avec quelques pauses.

    Comment avez-vous découvert notre forum? Facebook !

    S’agit-il d’un double compte ? Nope.

    Messages : 240
    Date d'inscription : 08/12/2014
    Localisation : À Jouveanceaux
    Propriétaire de l'Enchanteur Hardi
    avatar

    Message  Joachim d'Ackley le Mar 18 Aoû - 13:35

    Bienvenue à toi Ambre! :calin:
    Si tu as la moindre question,. n'hésite pas! =D Et je suis ravie de voir un membre de la Chancellerie ^w^
    Invité
    avatar

    Message  Invité le Ven 21 Aoû - 13:20

    Bienvenue, le premier membre de la chancellerie. :bisou:
    Messages : 41
    Date d'inscription : 04/08/2015
    Septième année à Lusignan
    avatar

    Message  Blanche de Morcerf le Mer 26 Aoû - 11:50

    Bienvenue!
    Quelque chose me dit que nos personnages pourraient s'entendre vraiiment bien !
    Messages : 149
    Date d'inscription : 02/08/2013
    Age : 66
    Localisation : à l'Académie Beauxbâtons
    Fondatrice & Directrice
    avatar

    Message  Olympe Maxime le Mar 1 Sep - 14:53

    Bonjour,

    Y a t-il du nouveau sur cette fiche?

    Nous te remercierons de la terminer où du moins de donner signe de vie endéans la semaine faute de quoi nous devrons respecter la procédure, refuser ta fiche et supprimer ton compte, ce qui serait bien dommage.

    Nous restons à ta disposition si tu as un souci,

    Bien à toi,

    Olympe et le staff de Beauxbâtons



    Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil Messages : 266
    Date d'inscription : 02/04/2013
    PNJ Maître du Jeu
    avatar

    Message  Mélusine le Mer 9 Sep - 17:52

    Fiche refusée et compte supprimé pour cause de non respect du délais imparti à la création d'une fiche de personnage.
    Contenu sponsorisé

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 25 Sep - 2:37