La table des Armagnac !

    Partagez
    Invité
    avatar

    Message  Invité le Jeu 29 Oct - 20:04




      

    T'es dans le réfectoire, là où tout le monde est allé après la répartition par les statues. Tu t'approches de la table des Armagnac avec une certaine peur au ventre, mais bon tu l'ignores et tu es presque sûr que tout va bien se passer. Non, en fait cela va bien se passer puisque tu sais comme communiquer vers les plus grands, c'est logique, dans ta tête tu à leurs âges, même si physiquement tu n'en as que onze. Tu poses tes mains sur la table sans demander une quelconque autorisation aux occupants de cette dernière. Et puis, cela appartient à tout le monde. Tu enlèves ton blouson rouge et blanc, le mettant sur le dossier de la chaise, tu t'assois sur celle-ci, ne regardant même pas les divers élèves autour de la table. Quand tu relèves ta tête, t'aperçoivent les regards des dernières années, leurs yeux te scrutent comme s'il cherchait une faille à ton système. Tu leur fais un sourire provocateur tout en lançant d'une voix joyeuse et pleine de défis.

    Vous avez l'air de débile !

    Tu pouffes un peu de ta phrase et tu te retiens de dire quoi que se soit. Un des gens présent te demande de partir de là, d'aller retourner vers la table des petits. Tu lui lances un regard noir, puis tu croises tes jambes tout en prenant tes couverts en mains. Tu restes là, s'ils ne veulent pas de toi, tu t'en fous, tu ne partiras pas. Alors ça, jamais ! La directrice commence à parler, toi tu l'écoutes à moitié, enfin c'est ce que tout le monde peut croire. Mais en fait c'est complètement faux, tes oreilles écoutent attentivement chaque parole que la demi-géante prononce, ton cerveau s'occupe des analyses en entier. Les décortiquant avec joie sans te demander un quelconque avis. Elle s'arrête de parler et tu regardes enfin les mets arriver, ou plutôt apparaître comme par magie. Bon, c'était la première fois que tu voyais une chose comme cela et c'était assez perturbant. Des petites étincelles d'émerveillement flottaient dans tes yeux, prouvant que tu venais du monde moldu. Tu reprends bien vite des esprits, sachant que tu risques d'être embarrassé si tu restes à ne rien faire comme un débile.

    made by MISS AMAZING.
    Messages : 72
    Date d'inscription : 30/07/2015
    Age : 19
    Septième année à Armagnac
    avatar

    Message  Valérie Magnien le Mar 17 Nov - 20:58

    Ain't it fun
    Ses amis Armagnacs et elle venaient à peine de s'installer à leur table habituelle. Ils essayaient de se préparer mentalement à devoir se taire et écouter pendant le discours de la directrice en parlant encore plus fort et rapidement que les autres élèves aux autres tables. C'est normal, ce serait dit un professeur, les joueurs de Quidditch de cette armoirie sont remarquablement bruyants et insupportables.
     Valérie était en train de rire à une blague d'un de ses amis, en fermant les yeux et en balançant sa tête en arrière quand elle se rendit compte du silence inhabituel qui s'était fait à leur table. Elle rouvrit alors les yeux, se demandant ce qu'il pouvait causer ce blanc unanime. Elle découvrit alors un petit nouveau, un première année, assis à leur table, comme si de rien n'était. La plupart de ses camarades le regardait d'un air entendu, comme s'il les dérangeait, ce  qui n'était pas tout à fait faux, mais quand même. Val, elle, trouva la situation très drôle, mais se retint de dire quoi que ce soit, juste pour voir comment aller réagir le gamin ou ses amis, et comment la situation allait évoluer. Si ç ne tenait qu'à elle, elle aurait déjà engager la conversation avec le nouvel arrivant.
     Celui-ci avait remarqué la gêne occasionnée et rit, en les traitant de débiles. Val faillit exploser de rire, et le fit, mais en silence, en se mordant le poing pour éviter qu'aucun son ne sorte de sa bouche. Secouée de spasme, elle fermait les yeux puis les rouvrait pour admirer les expressions sur les visages de ses amis. Un lui demanda de quitter la table, comme si celle-ci était réservée. C'est vrai qu'en les voyant comme cela, on pourrait croire que cette table n'est réservée qu'aux joueurs de Quidditch ou à leur fervent supporters, mais elle ne l'était pas. Bien que certains n'aimait pas les intrus ou les nouveau, Val elle les accueillait. Pour l'instant, ils n'avaient jamais eu à faire à ce genre de situation, car jusqu'à maintenant personne n'avait osé venir à leur table sans y être invité. L'audace ou l'ignorance de ce garçon lui parut donc admirable. Et le regard que celui-ci lança à son "agresseur" le fut encore plus, et Valérie ne pu contenir son éclat de rire.
     Mais alors commença le discours de la directrice et elle se reprit tout de suite, essayant de contenir tout l'air qu'elle avait en elle. Quand elle termina, elle le laissa échapper en un rire dans lequel elle faillit s'étouffer, tandis que les elfes de maison apportaient le dîner.

     - Hé ! interpella-t-elle le garçon. Tu t'appelles comment, dis ?
    © Nalex




    Song 2 - Blur chanson préférée de Val
    Messages : 20
    Date d'inscription : 01/09/2013
    Age : 19
    Localisation : Quelque part à Beauxbâtons
    Cinquième année à Armagnac
    avatar

    Message  Florie Valenciel le Dim 22 Nov - 17:12

    Florie avait peut-être le défaut d'être maladroite et tête en l'air mais elle avait une sacrée chance dans ses malheurs. Aussi, le hasard de son atterrissage d'urgence sur la chaise la plus proche l'avait amenée à s'asseoir à la table des quidditcheurs de son armoirie. Elle reconnu Valérie et lui adressa un sourire satisfait sans toutefois avoir le temps de lui adresser la parole vu que Madame Maxime avait déjà entamé son discours.

    En fait, l'arrivée en trombe de Florie était passée quasiment inaperçue à cause d'un première année particulièrement téméraire qui s'était assis à cette table avec un air de défi. la mine hargneuse, le défi dans les yeux, il semblait être là plus par bravade que par un autre concours de circonstance. Florie nota sa couleur de cheveux bizarre et sa veste de cuir rouge et blanche qu'il avait jeté sur le dos de sa chaise. Elle en conçut un certain désagrément. L'Académie était réputée pour être à cheval sur le port de l'uniforme. Les exceptions passaient encore lors des journées ordinaires lorsqu'on avait pas cours mais dans ce cas, fronder de la sorte alors que c'était sa cérémonie de répartition, une des deux plus importantes cérémonies de sa vie à l'Académie avec sa remise de diplôme.

    Les autres devaient se dire à peu près la même chose car la plupart des regards étaient hostiles et critiques sauf celui de Valérie qui comme à son habitude s'en amusait plus qu'autre chose. L'un des garçons à la table s'osa même à dire au petit nouveau de déguerpir de là, ce que Florie comprit mais n'approuva pas alors que la Directrice venait d'insister sur le besoin d'intégration des nouveaux élèves. Aussi choisit-elle de se taire, l'inaction étant encore le meilleur moyen de rester fidèle à l'antipathie qu'elle ressentait pour ce petit téméraire tout en obéissant aux injonctions de la directrice quant au respect et à l'accueil des nouveaux.

    Une fois le discours terminé, Val recentra son attention sur le petit phénomène.


    - Hé! Tu t'appelles comment? lui demanda-t-elle.

    Florie tendit une oreille intéressée tout en feignant d'être occupée à se servir une coupe de jus de citrouille bien glacé qui lui apparut très alléchant après sa course poursuite de l'après-midi.


    Messages : 44
    Date d'inscription : 19/12/2015
    Localisation : A la bibliothèque
    Cinquième année à Armagnac
    avatar

    Message  Suzie Harcourt le Lun 21 Déc - 18:54

    La soirée avait pourtant bien commencé. Certes d’une manière assez habituelle et coutumière car le banquet de rentrée suivait le même déroulement chaque année. Pourtant, Suzie n’arrivait toujours pas à s’en lasser. La cérémonie de la répartition était un moment déterminant dans la vie d’un jeune sorcier et c’était un plaisir de voir chaque nouvel élève être réparti dans une armoirie. Et puis, il faut bien avouer que le banquet restait un moment très convivial et chaleureux. Pendant cette soirée qui ne laissait présager que de bonnes choses, telles que le début des cours, la découverte de nouvelles matières, la reprise des entraînements de Quidditch ou surtout les retrouvailles avec ses camarades, on oubliait les soucis liés à la politique actuelle d’intolérance. Une fois entrée dans le réfectoire, Suzie s’était donc machinalement assise à la table où s’était installée l’ensemble de l’équipe de Quidditch des Armagnac. Deux places restaient encore vacantes et Suzie guettait l’arrivée de Florie qu’elle n’avait pas non plus aperçu dans l’Aula Magna.

    Suzie commençait à peine à se tourner vers Valérie pour lui adresser la parole qu’elle fut arrêtée dans son geste par l’arrivée d’un visage inconnu à leur table. Ou, plutôt, d’un visage nouveau. Il venait à peine d’être réparti dans leur armoirie et, pour un première année, et bien qu’un armagnac, il semblait plutôt téméraire. Sur le moment, la cinquième année se dit seulement qu’il devait s’agir du petit frère de l’un des membres de l’équipe et attendit que quelqu’un le présente. Regardant l’expression sur le visage des autres élèves assis à la table, elle comprit vite qu’il n’en était rien et reporta son attention sur le jeune sorcier. En le voyant s’installer, elle nota qu’il avait dû vite oublier les quelques règles de bonne tenue imposées à Beauxbâtons qui devaient pourtant avoir été données aux premières années avant leur entrée dans l’Aula Magna. Ou alors, il faisait preuve d’un culot intentionnel. Elle allait lui souhaiter la bienvenue que déjà il prenait la parole. Ses propos laissèrent Suzie bouche bée et la surprirent au point qu’elle faillit s’en décrocher la mâchoire. « Vous avez l’air de débiles ! ».

    En voyant l’air tout aussi choqué ou encore amusé de ses camarades, elle eut envie de lui dire qu’il était tombé à la mauvaise table pour faire une telle plaisanterie. Il en devenait difficile de rester accueillant et bienveillant face à un tel comportement. Mais, déjà, Madame Maxime entamait son discours et Suzie détourna son attention vers cette dernière. Il avait été vivement conseillé au jeune sorcier de quitter la table. Ce à quoi il avait répondu par un regard noir. Mais, au moins, il avait la sagesse de se tenir tranquille pendant le discours de la directrice. Un discours qui rappela à Suzie qu’ils ne pouvaient pas décemment jeter le petit insolent hors de la table. Table qui, d’ailleurs, ne leur était aucunement réservée. Dans toute cette agitation, seulement interrompue par le traditionnel discours, Suzie n’avait même pas remarqué l’arrivée discrète de Florie.

    Quand Madame Maxime termina son discours sur une note plus joyeuse en leur adressant ses vœux et en leur souhaitant un bon appétit, c’est sans surprise que Valérie prit la parole pour questionner le première année sur son nom. Ce à quoi il répondit en se levant finalement de table pour aller s’installer à une autre, composée de plus jeunes sorciers. Suzie le suivit des yeux, oubliant pour un temps les délicieux mets disposés avec soins par les elfes de maison sur la table. Elle ne savait pas si elle devait rire ou s’offusquer mais, pour le coup, c’était quand même assez surprenant. Il avait oublié sa veste et revint, le nez baissé et légèrement rouge, la récupérer. A se lever ainsi, il risquait d’attirer l’attention des professeurs. En tout cas, sa témérité n’avait été que temporaire et il le regretterait certainement pendant longtemps. Il faut dire que son insulte était intervenue sans raison et que le mot choisi n’était pas tellement conforme à la discipline en vigueur dans l’académie. En riant pour faire oublier l’incident, Suzie se tourna vers ses camarades.

    «  Et bien... Il s’en passe toujours des choses aux tables des Armagnac mais je n’avais encore jamais vu ça ! »

    Puis, imitant Florie, elle se servit une coupe de jus de citrouille, tout en se retenant de se jeter sur les plats. Cela aurait été très sympa d'accueillir une nouvelle personne à leur table, mais c'était la façon donc ce jeune élève l'avait fait qui était surprenante et, en soi, un peu agaçante aussi. Oubliant vite l'incident, trop enthousiaste pour s'éterniser dessus, Suzie jeta un regard à l'ensemble du réfectoire pour y repérer des visages connus, puis se tourna à nouveau vers ses voisines et voisins de table.
    Messages : 27
    Date d'inscription : 22/12/2015
    Localisation : Derrière-vous!
    Sixième année à Mercoeur
    avatar

    Message  Albert Delmy le Dim 27 Déc - 23:46

    La table des Armagnac
    Louis-Albert Delmy
    Nouvelle année, nouveaux visages.

    Comment Al avait-il pu perdre ses lunettes? Elles ne tombaient jamais de sa poche en général! Voilà une sacré galère dans laquelle il se retrouvait. A cause de ça il ratait le début du banquet, quoi que ce n'était pas le plus important parce que si jamais il ne les retrouvait pas il allait lui être compliqué de lire les livres demandés par les profs ou bien de faire ses premiers devoirs. Parce que oui, le temps qu'on lui en recommande une paire et qu'on les lui livre...ça ne risquait pas de se faire en un jour.

    Al essaya de se rappeler tant bien que mal à quel moment il les avait vu ou il les avait senti dans sa poche pour la dernière fois. C'était un gros travail à cause du léger stress qui s'empara de lui et il manqua de s'énerver contre lui-même pour ne pas réfléchir plus vite. Fort heureusement il commença à retrouver quelques souvenirs. Il était sûr et certain de les avoir avec lui juste avant de partir de Saint-Guilhem et il les avait mise dans la même poche qu'il utilisait d'habitude. Il ne les avait pas perdu lors du transport avec la poudre de cheminée ça il en était tout aussi sûr étant donné qu'il avait vérifié en arrivant à Jouvenceaux. Ensuite? Et bien là il ne s'en souvenait pas trop. Avait-il vérifié une autre fois? Non, vraiment il ne s'en souvenait pas. Donc, les lunettes pouvaient être tombé n'importe où entre Jouvenceaux et l'Aula Magna...génial.

    Il eut alors ce qu'il cru une idée de génie. Il n'avait qu'à utilisé un sort d'accio pour attirer ses lunettes à lui! Oui, c'était une bonne idée et il était plutôt fier d'y avoir pensé plutôt que de se casser la tête à refaire le chemin inverse. Il sortit sa baguette qui fort heureusement était toujours ta sa place et commença à faire le mouvement et à prononcer la formule.

    "Acc.."

    Il s'arrêta néanmoins dans son élan après avoir pensé à autre chose. Des lunettes c'était particulièrement fragile et si elles étaient tombées loin, il y avait de grandes chances qu'elle percutent quelque chose, que ce soit un mur, un meuble, ou pire. Et à la vitesse à laquelle le sort attirait l'objet, autant dire que si elles se prenaient quoi que se soit elles éclateraient en mille morceaux. C'était en donc en fait une très très mauvaise idée. Génial...retour à la case départ. Comment allait-il mettre la main sur ces lunettes? Il ne désespéra pas et utilisa donc la bonne vieille méthode...repasser par tous les endroits où il était passé en arrivant. Encore fallait-il espérait qu'il n'avait pas perdu ses lunettes à Jouvenceaux ou dans le fiacre qui l'avait amené. Al commença alors à arpenter les couloirs déserts en quête de l'objet perdu.

    Il perdit pas mal de temps à s'arrêter à chaque endroit afin de vérifier que ses lunettes n'étaient pas tombées dans des endroits inappropriées mais visiblement elles n'étaient pas à l'intérieur. C'est alors un peu plus inquiet qu'il se dirigea vers le Hall. En arrivant dans l'immense Hall tout aussi désert que les couloirs, il se mit à fouiller à peu près partout en ayant toujours un peu d'espoir. De tant en tant il fut surpris par des bruits de pas d'élèves qui sans lui porter aucune attention se dépêchaient de rejoindre le réfectoire...probablement eux même inquiet de leur retard. Ne trouvant rien dans le hall il commença alors à penser qu'il ne les retrouvera peut-être jamais.

    Al se dirigea alors vers les portes donnant sur l'extérieur et soudain sans trop savoir comment étant donné qu'il n'avait pas spécialement fait attention à regarder près des portes...il les vit. Il se précipita alors pour les ramasser et se fut un immense soulagement pour lui. Un instant il avait vraiment cru qu'il ne les trouverait probablement pas. Ne perdant pas plus de temps il parti en vitesse au réfectoire. Loin de se plaindre d'avoir raté le début du banquet, il se contenta de se dire que ça aurait pu être pire...même si il est vrai que la faim lui rappelait qu'il devait se dépêcher.

    Lorsqu'il entra dans le réfectoire vraiment gêné d'arriver en retard, il se fit le plus discret possible. Il ne savait pas combien de temps il était parti mais pour son plus grand bonheur il semblait surtout avoir raté le discours de la Directrice...ce qui n'était peut-être pas une perte. Quoi que sait-on jamais, elle a peut-être annoncé des choses à ce moment-là. En entrant bien évidemment il croisa le regard interrogateur de ses amis qui le cherchaient probablement. Il se contenta de leur sourire et de leur montrer discrètement ses lunettes dans sa poche pour leur faire comprendre. Son seul problème fut alors une question de place. La salle était blindée et bien évidemment ses amis n'avaient pas pu lui garder une place. Il chercha alors un endroit où se poser et où enfin il pourrait manger.

    Après un rapide coup d’œil, il vit une place de libre auprès d'un groupe de fille à la table des Armagnac. Soit, ce n'était pas pour lui déplaire. Mais il avait l'horrible impression qu'il allait s'incruster au milieu du groupe et il n'aimait pas ça du tout. Mais il n'avait pas le choix, c'était ça ou rester debout. Loin de fanfaronner en se dirigeant vers la place libre, il continua à essayer de se faire le plus discret possible tout en avançant d'un pas rapide. Mais il ne lui fallut pas bien longtemps pour retrouver sa bonne humeur qui avait été occultée par la perte de ses lunettes.

    La place libre se trouvait à côté d'une fille qui semblait être occupée à se servir une coupe de jus de citrouille. Au départ il arriva dans son dos et ne vit pas son visage. Il avait un peu peur de déranger le groupe présent autour de la table et que sa présence ne les importune...en plus il n'était pas un Armagnac et il ne pouvait pas connaître leur réaction à l'avance. En fait, on ne peut pas connaître la réaction des gens en avance tout court. Quoi qu'il en soit il n'allait pas rester planter là, alors posant sa main sur le dossier de la chaise il demanda à tout le monde avec un léger sourire gêné:

    "Heu...excusez-moi les filles...ça ne vous dérange pas si je m'assois ici? Il n'y a plus trop de places ailleurs, donc..."

    L'entendant, quelques personnes se tournèrent vers lui pour voir qui leur adressait la parole...il se contenta toujours de sourire attendant la permission de s'asseoir.
     

     


    © Gasmask



    N'y pensez même pas. De quoi? Devinez!  
    Messages : 72
    Date d'inscription : 30/07/2015
    Age : 19
    Septième année à Armagnac
    avatar

    Message  Valérie Magnien le Sam 2 Jan - 21:10

    Ain't it fun
    Le petit intru partit avant même de donner une réponse à Valérie. Ce qui lui déplut, mais elle ne fit bientôt plus attention à celui-ci. L'arrivé de Florie lui rappelant qu'elles étaient les deux seules Armagnac à être arrivé en avance cette année à Beauxbâtons. Pourtant, sa coéquipière n'était pas arrivé en avance pour le banquet...

     Tandis que les elfes de maisons apportaient le festin, elle essaya de remercier chaque petit être qui leur laissait quelque chose sur la table, saluant ceux qu'elle connaissait. Elle était déjà en train de marcher sa viande en savourant le bon gout de celle-ci quand Albert vint vers eux, en leur demandant s'il pouvait s'assoir avec eux, l'équipe de Quidditch des Armagnac. Il ne s'était adressé qu'à elles, les filles, plus proches de l'entrée. Il n'avait sûrement pas dû voir les garçons qui lui lançaient des regards presque meurtriers pour les avoir oublié. Voyant que l'un d'eux allait répliquer d'une façon qui allait fâcher Valérie, et en tant que dernière année, elle intervint :

     - Hey, Al ! Ce n'est pas pour t'exclure ou quoi que ce soit, mais si il y a encore de la place ici, c'est parce que cette table est inofficiellement exclusivement réservé à l'équipe de Quidditch, mais comme t'es gentil et qu'on t'aime bien, on te laisse t'assoir. Mais c'est bien la dernière fois, et parce que l'année prochaine je te vois plus!

    Evidemment, Val n'aurait jamais refusé à un retardataire de s'assoir à leur table. C'était déjà même arriver quand elle était en 5ème année. Mais elle aimait plaisanter en donnant à cette table un statut faussement important. Elle laissa donc Al s'assoir à la place qu'occupait le première année quelques minutes auparavant.

    © Nalex




    Song 2 - Blur chanson préférée de Val
    Messages : 20
    Date d'inscription : 01/09/2013
    Age : 19
    Localisation : Quelque part à Beauxbâtons
    Cinquième année à Armagnac
    avatar

    Message  Florie Valenciel le Lun 4 Jan - 12:40

    D'une manière aussi incongrue qu'il était arrivé à la tablée de Florie et de ses camarades, l'excentrique première année leva le camp, sans dire un mot, emportant avec lui sa curieuse veste de cuire. Florie comme les autres Armagnac assis à la tablée le regarda partir d'un oeil perplexe. Suzie, son amie et coéquipière la plus proche dans l'équipe de Quidditch d'Armagnac résuma à merveille la pensée de tout au chacun autour de la table :

    - Et bien... Il s’en passe toujours des choses aux tables des Armagnac mais je n’avais encore jamais vu ça!

    Florie hocha la tête tout en répondant :

    - Ben oui... Comme quoi, on peut tout voir en vivant assez vieille.

    Puis avec un clin d'oeil, elle imita la voix chevrotante d'une vieille femme acariâtre :

    - Il n'y a plus d'éducation chez les jeunes de nos jours ma bonne dame!

    La tablée partit d'un éclat de rire qui rétablit l'ambiance usuelle des Armagnac entre eux. Florie se dit que le repas allait en définitive se dérouler dans la joie et sans plus aucune aventure d'aucun genre. Mais c'aurait été sans compter avec l'arrivée elle aussi inattendue d'un autre individu.

    Florie fut légèrement surprise par le mouvement de recul de la chaise à côté d'elle. Une jeune voix masculine résonna alors à ses oreilles :


    - Heu...excusez-moi les filles...ça ne vous dérange pas si je m'assois ici? Il n'y a plus trop de places ailleurs, donc...

    Florie tourna la tête et leva les yeux vers un garçon pour le moins ... plaisant à regarder. Malgré elle, elle ne put s'empêcher de détailler le jeune homme qui devait avoir aux environs de son âge. Un rapide coup d'oeil à son épaule l'informa qu'il était à Mercoeur. pour le reste, un corps svelte, des cheveux bruns un rien ébouriffés et surtout de grands yeux expressifs d'une couleur verte (à moins que ce ne soit grise? elle ne savait pas vraiment le définir à la lueur des lustres et des chandeliers) et un sourire large quoiqu'un peu timide et gêné, le tout servi avec un air de ne pas y toucher qui le rendait charmant à n'en point douter... Florie se surprit à le trouver mignon, même très mignon et pour la première fois depuis de nombreuses années, elle sentit une légère sensation de chaleur lui monter aux joues.

    Inexplicablement, elle ressentit l'envie de lui être agréable, de lui plaire et en même temps, l'envie qu'il ne remarque pas le rose qui devait lui monter aux joues. Elle espérait que ça passerait sur le compte de la température ambiante, chauffée par les centaines de bougies qui ornaient les lustres, les candélabres et les chandeliers sur les tables. Pour plus de sûreté, elle vida son gobelet de jus de citrouille frais tandis que Val répondait de son ton pimpant habituel :


    - Hey, Al ! Ce n'est pas pour t'exclure ou quoi que ce soit, mais si il y a encore de la place ici, c'est parce que cette table est inofficiellement exclusivement réservé à l'équipe de Quidditch, mais comme t'es gentil et qu'on t'aime bien, on te laisse t'asseoir. Mais c'est bien la dernière fois, et parce que l'année prochaine je te vois plus!

    L'intervention de Val ne tomba pas dans l'oreille d'une sourde. "Al"... Quel prénom pouvait bien se cacher derrière ce diminutif? Alexandre? Alexis? Manifestement Valérie le connaissait, ce qui était un atout au cas où plus tard, elle voudrait chercher à se renseigner... discrètement sur ce garçon qui piquait toutes ses curiosités.

    Tout en remerciant Val de sa sollicitude feinte, le dénommé Al tira la chaise et s'assit à quelques centimètres de Florie, ce qui était loin de lui déplaire. Elle prit alors conscience qu'en tant que voisine de table directe, il lui serait difficile de faire la soirée sans lui parler. Aussi choisit-elle d'essayer de se montrer sous son meilleur jour, à savoir joviale, souriante et naturellement amicale.

    Elle glissa discrètement deux doigts dans ses longs cheveux soyeux pour les ranger derrière son oreille puis leva sur "Al" ses grands yeux d'un brun profond et avec un sourire qu'elle voulut aussi doux que charmeur (ou du moins plus qu'à son habitude), elle essaya de se présenter sans trop y mettre les formes.


    - Salut, moi c'est Florie. Et si j'ai l'insigne honneur de siéger à la table de Mademoiselle Valérie (elle lui décocha un regard mi-narquois mi-complice), c'est parce que je suis poursuiveuse dans l'équipe d'Armagnac.

    Elle hésita à lui tendre la main puis se ravisa, jugeant que le geste aurait une dimension incongrue et gênante au milieu de la décontraction qui régnait à la table. Elle aurait voulu enchaîner avec un "tiens, je ne t'ai jamais vu avant aujourd'hui" mais se ravisa, se disant qu'il pourrait interpréter ça comme un "tu es quelconque ou du moins quantité négligeable". Elle ressortit alors la veine de l'humour et encore une fois, elle prit Val à parti pour le justifier.

    - Tu fais partie du fan-club de Val?

    La question était mi humoristique mi sérieuse car en tant que septième année et attrapeuse de l'équipe, Val jouissait d'une certaine notoriété, surtout en période de compétition et lorsque le match se concluait à l'avantage d'Armagnac sur immobilisation du Vif d'or. Là alors elle devenait la star de l'armoirie pendant une semaine entière.


    Messages : 44
    Date d'inscription : 19/12/2015
    Localisation : A la bibliothèque
    Cinquième année à Armagnac
    avatar

    Message  Suzie Harcourt le Ven 8 Jan - 12:22

    Suzie se garda bien de rire à gorge ouverte à la plaisanterie de Florie, ne souhaitant pas asperger ses voisins de table de jus de citrouille alors qu’elle venait d’en prendre une gorgée. Cela lui arrivait souvent de prendre une bouchée de nourriture ou de boire au mauvais moment. Quand Florie choisit en plus de modifier sa voix pour terminer sa blague, Suzie dut se contenir avec grande difficulté de ne pas exprimer par un éclat de rire son amusement. Son rire se traduisant alors silencieusement par d’infimes secousses au niveau des épaules, ses joues gonflées par le jus de citrouille que l’amusement lui empêchait d’avaler et une main placée devant sa bouche. La malice dans ses yeux et le regard qu’elle adressa à son amie traduisirent également pleinement son amusement.

    Quand elle eut enfin retrouvé l’usage de la parole, elle n’eut pourtant pas l’occasion d’en user car la place laissée vacante quelques minutes plus tôt par le première année fut comblée par un nouvel arrivant cette fois bien plus sympathique, quoique gêné. Suzie estimait, pour sa part, qu’il n’avait même pas à s’excuser. L’écusson sur son uniforme indiqua à la cinquième année qu’il faisait partie de l’armoirie des Mercœurs. Suzie ne voyait aucun inconvénient à ce qu’il s’installe à leur table. Au contraire ! C’était agréable de pouvoir se mélanger avec d’autres armoiries pour le dîner. Ce qui n’était pas possible à l’heure des repas le reste de l’année, excepté peut-être en de rares occasions. Suzie l’accueilla donc avec un franc sourire tandis que Valérie, fidèle à elle-même, l’invita à s’asseoir sans se départir de son éternel humour.

    La manière dont Valérie l’interpella prouvait qu’elle le connaissait. Ce qui n’était pas surprenant. Elle connaissait tellement de monde. Suzie ne put s’empêcher de sourire à la mention d’une table « inofficiellement exclusivement réservé à l'équipe de Quidditch ». La formule était originale et drôle. Mais véridique en plus. Suzie avait déjà aperçu le jeune homme dans les couloirs de l’Académie. Et il ne lui avait pas semblé jusqu’alors qu’il soit si timide. Y avait-il tant que ça quelque chose d’intimidant à rejoindre la table où seuls les joueurs de l’équipe des Armagnacs se trouvaient ? Les regards que lui adressèrent les garçons présents à la table pouvaient avoir quelque chose, il est vrai, d’intimidant et de peu avenant. Ils devaient se sentir blessés dans leur égo après que le Al’ en question se soit adressé uniquement aux filles de la table. Pour ça, il marquait un bon point.

    Honteuse de l’attitude de ses coéquipiers masculins, Suzie fut reconnaissante à Florie de l’accueil bienveillant qu’elle réserva à son tour au nouveau venu. Mais, elle ne manqua pas de remarquer également le rouge qui montait aux joues de sa camarade. Il faut dire qu’elle était assise tout près d’elle. Elle porta son regard ailleurs pour ne pas gêner encore plus l’autre poursuiveuse, bien que légèrement surprise. Dans la continuité de cette dernière, Suzie se tourna vers le Mercœur et se présenta à son tour. « Et moi c’est Suzie. Suzie Harcourt. J’ai également cet honneur en tant qu’autre poursuiveuse et c’est un plaisir de t’accueillir à notre table ce soir. Ça nous changera un peu. »

    Elle s’était présentée vite, voyant que Florie semblait avoir très envie de parler, et plus par politesse que par souci de se mettre en avant. Une fois sa présentation terminée, elle adressa d’ailleurs un rapide et discret sourire en coin à sa camarade accompagné d’un regard significatif comme pour s’excuser d’être intervenue.  Elle ne s’était volontairement pas attardée et avait même presque parlé à une allure trop rapide pour que Florie puisse continuer son accueil. Ce qu’elle fit en posant une question à l’autre élève. Le fan-club de Val ? Ce n’était pas faux. Parmi les nombreux aspects qui la rendaient appréciable, il était impossible de ne pas reconnaître ses talents en Quidditch. S'accoudant à la table, Suzie se tourna vers le Al’, dont le surnom cachait encore le véritable prénom, dans l’attente de sa réponse.



    - Suzie Abigail Harcourt, « Fière d'être à Beauxbâtons » -
    Messages : 27
    Date d'inscription : 22/12/2015
    Localisation : Derrière-vous!
    Sixième année à Mercoeur
    avatar

    Message  Albert Delmy le Lun 25 Jan - 22:00

    La table des Armagnac
    Louis-Albert Delmy
    Nouvelle année, nouveaux visages.

    Tiens tiens, voilà qui était intéressant. Al venait tout juste de remarquer que Val était présence à cette table. Cette chère Val, il était quasiment sûr que dans la seconde elle allait lui faire une petite remarque sur le ton de l'humour. Depuis le temps, ça ne le surprenait plus. Drôle de hasard, la seule place qu'il avait pu se trouver était non loin de cette dernière. Voilà qui promettait une soirée intéressante. Peut-être même bien que ça n'avait pas été plus mal qu'il perde ses lunettes aujourd'hui. Il était curieux de voir ce que ça allait donner. Et puis au moins, il ne serait pas totalement en présence d'inconnus, même si pour le coup il n'avait aucune excuse pour ne pas faire la connaissance d'autres personnes. C'était une opportunité au final.

    "Hey, Al ! Ce n'est pas pour t'exclure ou quoi que ce soit, mais si il y a encore de la place ici, c'est parce que cette table est inofficiellement exclusivement réservé à l'équipe de Quidditch, mais comme t'es gentil et qu'on t'aime bien, on te laisse t'assoir. Mais c'est bien la dernière fois, et parce que l'année prochaine je te vois plus!"

    Al n'avait pas pu s'empêcher de rire lorsqu'il entendit la petite remarque de Val et il décida d'entrer dans son petit jeu. Après tout si Val ne cessait de le taquiner, et qu'Al avouait que ça le faisait bien rire, de tant à autre, il aimait bien aussi lui rendre la pareille. Après tout elle n'était pas la seule à aimer rire. l prit alors une voix d'aristocrate coincé et lui répondit:

    "Veuillez m'excuser "my Lady" je ne vous avais point vu. Et j'oubliais que l'accès à votre présence devait être pleinement justifié."

    Il s'inclina puis après une courte pause puis lui dit en souriant:

    "Non mais sérieusement, si je me souviens bien tu n'est pas la mieux placer pour me faire une remarque sur un retard hein! Mais je vous remercie votre majesté."

    Il s'assit ensuite avec soulagement et laissé s'échapper un léger soupir. Maintenant qu'il avait récupéré ses lunettes et surtout qu'il était arrivé à temps pour que son ventre gourmand soit satisfait, il pouvait ne plus penser à rien et profiter de la soirée. Arborant un grand sourire, il fit alors connaissance avec les autres occupants de la table. Il tourna la tête pour voir sa voisine qui se présentait à lui.

    "Salut, moi c'est Florie. Et si j'ai l'insigne honneur de siéger à la table de Mademoiselle Valérie c'est parce que je suis poursuiveuse dans l'équipe d'Armagnac."

    Florie. C'était un joli nom, vraiment. Un très beau nom pour une très belle personne. En fait, il la trouvait vraiment charmante. Elle avait une belle voix et à vrai dire Al semblait apprécier l'entendre parler, il était attentif à chaque mots...non pas que d'une autre personne il ne le soit pas. En fait, il ne savait pas trop pourquoi (ou bien il ne s'en rendait pas vraiment compte lui même) mais il était bien plus attentif à ce qu'elle lui disait, un peu comme si il semblait la connaître depuis toujours. Et puis elle était tellement belle, et ce genre de pensées n'étaient pas tellement habituelles pour Al étant donné qu'il n'avait pas pour habitude de se focaliser sur le physique des gens. Étrangement, les pensées qui lui passait par la tête ne semblaient pas plus le surprendre que ça. D'ailleurs, rien qu'en la regardant - et alors qu'elle ne venait de prononcer qu'une seule phrase - il était persuadé qu'elle était tout autant belle à l'intérieur. Et puis en plus elle était poursuiveuse...c'était tellement cool. Il ne savait pas pourquoi mais il fut totalement plongé dans ses pensées l'espace d'une ou deux secondes. Enfin, pour lui ça avait semblait être une éternité, mais revenant à la réalité il lui répondit sans trop véritablement savoir que répondre. En fait, il manqua de s'embrouiller lui même.

    "Et bien, c'est un...hum...ravis de faire ta connaissance. Comme l'a dit Val, moi c'est Al."

    Mais qu'es ce qui venait de lui passer par la tête? C'était quoi cette réponse stupide? Non mais sérieusement, il y avait nettement meilleure présentation à faire. Autant dire qu'Al était particulièrement insatisfait de la manière dont il c'était présenté à Florie. Et puis aussi c'était quoi ça? C'était un peu comme si une partie de sa pensée était sorti de sa tête pour être entendue. Fort heureusement il avait réagit à temps. Reprenant ses esprits, il se tourna désormais vers une deuxième personne qui se présenta à lui.

    "Et moi c’est Suzie. Suzie Harcourt. J’ai également cet honneur en tant qu’autre poursuiveuse et c’est un plaisir de t’accueillir à notre table ce soir. Ça nous changera un peu."

    Elle s’appelait Suzie, aussi poursuiveuse. En un instant il avait l'impression qu'il allait faire la rencontre de toute l'équipe...ce qui était en fait le cas...c'était donc stupide de penser à cela.

    "Content de te rencontrer également Suzie. Merci de votre accueil à tous."

    Al ne savait pas trop pourquoi à ce moment précis il était perturbé par le fait d'être au centre de l'attention, tout le monde le regardant histoire d'en savoir plus sur lui, c'était normal il ne connaissait que Val ici. Mais, il avait vraiment cette horrible impression d'être épié et qu'on cherchait à rentrer dans sa tête. Il ne savait pas non plus pourquoi mais il avait également l'impression de devoir faire un peu plus attention à ce qui devait sortir de sa bouche. Autant dire, très inhabituel de sa part. Très rapidement Florie lui posa une question.

    "Tu fais partie du fan-club de Val?"

    Cette question le fit plutôt sourire, et tout aussi rapidement il lui répondit.

    "Le fan-club de Val? Et bien ma foi on peut dire ça comme ça, enfin si l'on veut. On pourrait dire que c'est le coup de foudre même hein."

    Si en disant ça il faisait mine de plaisanter, autant dire qu'à l'intérieur il n'était pas très content de lui. Pourquoi il avait sorti ça? Le coup de foudre? Non mais qu'es-ce que Florie allait penser? Il fallait qu'il trouver un moyen de noyer le poisson.

    "Bon, qu'es-ce qu'on mange sinon?"

     


    © Gasmask



    N'y pensez même pas. De quoi? Devinez!  
    Messages : 20
    Date d'inscription : 01/09/2013
    Age : 19
    Localisation : Quelque part à Beauxbâtons
    Cinquième année à Armagnac
    avatar

    Message  Florie Valenciel le Dim 31 Jan - 20:13

    - Et bien, c'est un...hum...ravis de faire ta connaissance. Comme l'a dit Val, moi c'est Al.

    Ce fut avec un plaisir aussi vif qu'il fut fugace (que Florie dissimula avec peine) qu'elle nota le léger trouble de "Al" lorsqu'il répondit à sa présentation. Fort heureusement, Suzie qui se présentait à son tour détourna son attention et il sembla ne rien remarquer de ce contentement.

    Mais Florie dut vite déchanter lorsqu'"Al" répondit à sa question en demi boutade au sujet du fan-club de Valérie.


    - Le fan-club de Val? Et bien ma foi on peut dire ça comme ça, enfin si l'on veut. On pourrait dire que c'est le coup de foudre même hein.

    Tandis que son sourire se figeait comme du suc de plante à pipaillon qu'on arrêtait brusquement de chauffer, elle ne put s'empêcher de laisser échapper un "oh" de surprise légèrement ennuyé qu'elle tenta de suite de dissimuler par un :

    - Ah ben c'est super ça! C'est important d'être supporté pendant les matchs.

    Elle ouvrit la bouche pour ajouter "et j'aimerais bien avoir la chance d'avoir mon fan-club moi aussi" mais elle se retint et se contenta de lancer un "héhé" un peu gêné tandis que d'un mouvement de tête, elle faisait tomber ses cheveux devant son visage et tournait la tête vers la gauche pour dissimuler sa déception.

    Car déçue, elle l'était. Elle se trouvait à la fois stupide et laide : stupide parce qu'elle s'était emballée en une fraction de seconde pour un garçon dont elle ne savait rien, sans même garder à l'esprit qu'il pouvait avoir une petite amie ou un objet de ses désirs, et laide parce que l'espace d'un instant, elle avait ressenti à l'égard de Valérie un vif sentiment de jalousie qui était retombé comme un soufflé. Après tout, sous ses dehors de garçon manqué toujours prête à faire le pitre, Val était une jolie fille et sa personnalité devait très certainement plaire à plus d'un garçon. la réponse de "Al" n'avait en définitive rien de surprenant même si ce n'était pas ce qu'elle aurait voulu entendre.

    "Al" la tira de sa rêverie en demandant d'un air dégagé :


    - Bon, qu'est-ce qu'on mange sinon?

    *Alors c'est comme ça que le sujet va se clore?* se demanda un peu amèrement Florie, *En demandant ce qu'il y a au menu?*. Elle lui répondit alors d'une voix faussement dégagée quoique ayant perdu son ton enjoué qu'elle avait d'ordinaire :

    - Y a de la dinde phénixée avec une sauce aux champignons de Brocéliande si t'aimes ça. Y a d'autres plats mais je n'ai pas vu ce que c'est, ils sont de l'autre côté de la table et la dinde me convient très bien.

    Et joignant le geste à la parole, elle piqua un morceau de volaille, la trempa dans la sauce et la porta à sa bouche pour la mâcher sans réel enthousiasme. Elle ne tourna pas la tête vers "Al" pour ne pas laisser apparaître son trouble le temps que sa gêne et sa déception se dissipent. Elle espéra alors que Val ou même Suzie détournerait son attention suffisamment longtemps pour qu'elle puisse reprendre contenance et retrouver un vrai sourire de circonstance et pas ce petit rictus crispé et forcé qui ne trompait probablement qu'"Al", ses amies la connaissant depuis plus longtemps verraient tout de suite que quelque chose n'allait pas comme elle voulait.


    Contenu sponsorisé

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 23 Nov - 15:40